Une nouvelle pour BITUME:

Liens de sang

Pour ceux qui souhaitent savoir comment les combats motorisés se déroulent à Bitume, voici une petite nouvelle dont vous me direz des nouvelles:

Jack Pumper, dit "Bastars-slayer" n'avait jamais de toute son existence de mercenaire poussé son bolide à une telle allure: toute la carcasse de son véhicule était parcourue par les vibrations provoquées par les vrombissements de son moteur poussé à fond. Il en aurait sûrement ressentit une certaine ivresse si il n'avait pas été pris en chasse par trois véhicules d'une tribu de Fils du Métal.

Jusqu'à présent, Jack s'était toujours sorti sans trop de casse de ce genre de situation, mais à présent, il savait qu'il devait jouer serré: la portion d'autoroute défoncée sur laquelle il filait lui était inconnue et pour corser le tout, ses poursuivants étaient loin d'être des amateurs: leurs pick-up blindés et suréquipés étaient des machines de combat impressionnantes: ces types là devaient certainement être affiliés à une tribu de garagistes pour être aussi bien fourni: de véritables croiseurs roulants, à moins que...il chassa l'idée terrible qui venait de lui traverser l'esprit, et se concentra sur la conduite de son véhicule. Il dépassa en trombe la carcasse encore fumante d'une buggy renversée contre le talus de la voie de droite.

"Et M..." lança t'il à lui même: "je ne tiens pas à finir en chair à saucisse ou servir de déjeuner à ces fils de p..."

En fait, il s’inquiétait moins pour lui que pour la gamine qui était assise à sa droite, sur le siège du passager. Il n'arrivait pas à comprendre comment cette fille d'une dizaine d'année à peine puisse rester si calme dans une situation aussi critique. Il ne savait rien d'elle, si ce n'est qu'elle était à la base de tous ses ennuis. Il y avait d'abord eu ces conservateurs venus du nord, et qui passaient dans tous les villages où s'étaient regroupés des communautés de survivants.Ils demandaient de l'aide à tous les guerriers qu'ils rencontraient: Cynthia, la fille de leur chef avait disparu. Une forte récompense, sous forme de carburant et de pièces détachées était offerte à tous ceux qui pourraient la leur ramener en vie. C'était un contrat comme un autre, et Jack avait pris un des portraits de la fille que les conservateurs distribuaient, au cas où il la rencontrerait.

Chose étrange, environs 5 jours plus tard, il la retrouva, errant dans les ruines d'une ancienne cité, à l'est, sur le territoire des cannibales. Elle avait eu beaucoup de chance qu'il la trouve avant eux. Elle avait été incapable de prononcer un mot: il avait mit cela sur le compte d'un quelconque traumatisme. Elle ne lui avait pourtant pas paru effrayée ni avoir souffert de son escapade en territoire barbare. Elle l'avait suivi sans problème. Jack avait trouvé cela plutôt étrange, presque trop facile, comme arrangé à l'avance, mais il n'avait pas pu pousser ses réflexions plus avant, car, à la sortie des ruines, au moment il s'engageait sur l'autoroute défoncée qui mène vers l'ouest, un peu plus civilisés, les Fils du Métal s'étaient pointés.

Des rumeurs épouvantables circulaient sur ces tribus. Il savait que ceux qui le poursuivaient étaient amateurs de chair humaine et étaient connus pour ne jamais lâcher leurs proies une fois celle-ci prise en chasse. Cela faisait plus de dix longues minutes que le rodéo avait commencé, et la journée, qui avait si bien commencée risquait de ne pas se terminer sans mort d'hommes.

Il sentait que son moteur, poussé bien au delà de son régime normal, commençait à chauffer. Jack crispa ses mains sur le volant. Il était trempé de sueurs. Il serra les dents: "c'est pas le moment de me lâcher cocotte" pensa t'il à l’intention de sa machine. Il jeta à nouveau un coup d'oeil rapide sur Cyntia: son visage était tourné vers l'arrière. Elle regardait impassiblement les véhicules des Fils du Métal qui gagnaient peu à peu du terrain, et semblait totalement indifférente à la situation. "Qu'est ce que c'est que cette nana là ? pensa Jack: je connais de sacrés combattants qui pisseraient dans leur froc si ils étaient coursés par ces foutus connards de cannibales..."

"Je crois qu'ils ne vont pas tarder à nous rattraper, dit elle tout à coup d'une voix où ne perçait aucune angoisse.Je connais la région: nous allons bientôt arriver à un embranchement qui permet d'aller sur une autre route comme celle-ci, elle est plus sûre et cela raccourcira le trajet".

Jack était sidéré:"Tu peux donc parler ?"

-"Mmm..." fit elle en regardant à nouveau vers l'arrière.

-"Nous sommes loin de ton territoire d'origine pourtant, comment peux tu connaître les environs ?"

Elle tourna la tête en même temps que lui, et ses immenses yeux bleus rencontrèrent les siens: aucune crainte ne s'y lisait. Elle ne répondit pas, elle le regardait et Jack ressentit tout à coup quelque chose d'étrange: ce n'était pourtant pas du tout son style de faire du sentiment, surtout dans le travail, mais il se prit tout à coup d'une curieuse affection pour elle. Il en devina immédiatement les raisons: sa jeune soeur Karine avait été tuée par les fourmis six ou sept ans plus tôt, il ne savait plus exactement...Il n'était pas là lorsque sa tribu avait péri sous les lance flammes des fourmis. Quand il était revenu, il n’avait trouvé que des cendres et la carcasse d'un VRI. Il s'en était toujours voulu de ne pas avoir pu protéger les siens. Si elle avait vécu, sa soeur aurait probablement eu le même âge que cette fille. Cela suffisait pour qu'il se sente proche d'elle et qu'il lui fasse confiance.

Ils arrivèrent à l’embranchement au moment où les Fils du Métal s'étaient suffisamment rapprochés pour qu'ils puissent les entendre hurler leur fameux cris de guerre malgré les bruits assourdissants des moteurs: "METAL ! METAL !".

Jack donna un brusque coup de volant à droite. Le véhicule fit une embardée et prit la bretelle qui menait à l'autre autoroute.

Jack actionna une des nombreuse poignée qui parsemait son poste de pilotage: à l'arrière de la voiture, une grenade artisanale fut éjectée sur la route. Le véhicule poursuivant le plus proche tenta de l'éviter en vain: la grenade explosa juste sous lui. Le choc le fit se mettre en travers et il fit plusieurs tonneaux, projetant ses occupants en l'air, avant de s’arrêter au beau milieu de la voie, totalement démembré et fumant. Les deux autres bolides, ayant réussi, par une conduite adroite à éviter la carcasse accidentée, mais pas leurs camarades éjectés et agonisants sur le goudron, se lancèrent de plus belle à la poursuite de leur proie qui filait maintenant à plus de 180 km/h. Ayant mit son turbo, l'un d'eux arriva à fond par l'arrière et percuta le véhicule de Jack dans un grand concert de tôles froissées et de fumée dégagée par les pneus. Jack et Cynthia se cognèrent tous les deux en même temps et avec violence la tête contre le tableau de bord.Jack sentit du sang couler de son front et le long de son visage: il avait un mal de crâne horrible.Cyntia, curieusement, ne semblait pas avoir été touchée malgré la violence du choc. La pointe d'éventration située à l'avant du pick-up du cannibale resta fichée à l'arrière de sa cible, mais l'armure tint bon. Un harpon tiré du véhicule qui venait de les éperonner se planta dans le tableau de bord entre Cynthia et Jack. Pendant que ce dernier essayait de le retirer, le véhicule ennemi tenta de les dépasser par la gauche. Un des cannibales se tenait en dehors,sur un garde boue de fortune. Il était armé d'un lance-flammes bricolé. Jack entendit aussi le bruit caractéristique d'une tronçonneuse juste au dessus de lui: un de ces tarés avait dû, lors du choc, sauter sur le toit de sa voiture. Il regarda sur sa gauche et vit le faciès peinturluré et défiguré par la folie et la haine du cannibale qui braquait son engin sur lui. Jack donna un coup de volant et rentra dans le véhicule des fils du métal. Le choc latéral déséquilibra le cannibale au moment où il allait tirer, ce qui donna le temps au mercenaire de prendre son fusil à pompe, calé entre ses jambes, et de l'armer.

Au moment où le véhicule ennemi revenait, il visa son pneu avant droit, mais une lame de tronçonneuse traversa alors le toit de sa voiture et lui entama la chair du bras droit. Il poussa un hurlement et ne put tirer. Par réflexe, il donna un puissant coup de frein. Ses pneus crissèrent et fumèrent, tandis que le cannibale situé sur le toit, désarçonné, fut projeté en avant et se retrouva sur le capot où il s'accrocha fermement à la grille qui servait de pare-brise. La voiture de gauche, emportée par sa vitesse, se retrouva brusquement devant celle de Jack.Cyntia, toujours aussi calme, s'accrochait néanmoins du mieux qu'elle pouvait.

"A moi de vous rentrer dans le cul !" hurla Jack, et il écrasa sa pédale d'accélérateur sans tenir compte du fils du métal qui lui bouchait la moitié de la vue. Le cannibale au lance-flammes était entre temps passé sur la plate forme arrière du pick-up, et attendait, la bave aux lèvres que Jack soit à la bonne distance pour l'arroser d’essence enflammée.

Au moment où les deux voitures ne furent plus séparées que de 8 à 10 mètres, il tira, sans tenir compte de son camarade couché sur le capot et qui prit tout sur lui. Jack se couvrit les yeux avec le bras. Le cannibale accroché à la grille de protection de l'habitacle s'était transformé en torche et poussait d'atroces hurlements.

"Cramponne toi !" hurla t'il à Cyntia.Les véhicules entrèrent en collision. Le cannibale enflammé fut projeté sur son collègue, dans la benne du puck-up.Trois de ses doigts restèrent accrochés à la grille de la voiture de Jack. Tout l'arrière de la voiture des fils du métal fut enfoncé et défonce. Le capot de Jack, couvert d’essence enflammée se courba légèrement sous l'impact: son pare-chocs de combat avant avait absorbé la plupart des dommages.

Les deux véhicules pouvaient toujours rouler. Jack freina à peine et décida de lui donner le coup de grâce: il arma sa mitrailleuse lourde fixée à l'avant et tira une rafale.Sa voiture vibra au moment où les traçantes partirent: les impacts de 12,7mm transformèrent le véhicule qui était devant lui en passoire.Il avait eu beaucoup de mal à obtenir ce genre de munitions, mais en cet instant,il ne regrettait pas l’énergie qu'il avait dépensé pour s'en procurer: le réservoir de sa cible explosa et la voiture fut engloutie par une énorme boule de feu avant de se renverser sur le côté, puis d'aller percuter le pilier d'un pont où elle éclata en mille morceaux incandescents, avec un fracas épouvantable.

Jack poussa un cri de victoire en serrant le poing droit vers le ciel, mais une douleur fulgurante à l’épaule lui rappela brutalement qu'il avait été salement touché. Il regarda son bras: il était couvert de sang. Cynthia, que rien décidément ne pouvait affoler, sortit un morceau de chiffon de sa poche et le lui noua rapidement autour du bras afin d’arrêter l’hémorragie.

Jack ni tint plus:"Par Drokk, comment peux tu rester aussi calme ?"

-"Tu es un excellent combattant, pourquoi devrais je avoir peur ? lui répondit elle sans sourciller, toutefois, je me demande si tu arriveras à te débarrasser des autres aussi facilement..."

"Quels autres ?"fit Jack surpris.Il avait cru déceler un léger sourire sur le visage de Cynthia...non, il avait dû rêver...

"Ceux-là" dit elle d'un air détaché en montrant sur la droite, le haut du talus qui surplombait l'autoroute. Il se pencha et vit, en haut de ce talus le 3ème véhicule des fils du métal qui devait certainement rouler sur une route parallèle aux voies sur lesquelles ils étaient. Les cannibales hurlaient et s’apprêtaient à passer à l'attaque. Jack était écoeuré: pour s'accrocher autant à une proie, il fallait qu'ils n'aient pas bouffé d'au moins 6 mois ! Il n'avait pas envie de continuer le combat: il était blessé, l'avant de sa voiture brûlait et le trop grand calme de sa passagère commençait à l'exaspérer.

Il accéléra de nouveau pour essayer de semer ses poursuivants, mais le pick-up accéléra de même. Jack sentait que son véhicule commençait à donner des signes de faiblesse et que ce petit jeu ne durerait plus très longtemps.Le conducteur de l'autre véhicule donna tout à coup un brusque coup de volant à gauche, dans le but de retomber directement sur celui de Jack, en contrebas et l'écraser. Emporté par son élan, il s'envola, mais le mercenaire, se doutant de la manoeuvre, freina d'un seul coup et le pick-up atterrit lourdement juste devant lui en le frôlant. Jack voulu lui tirer une rafale de mitrailleuse, mais la poignée d'armement lui resta dans les mains. Il poussa un juron. Son bras lui faisait horriblement mal. Il décida de l’éperonner directement par derrière. Le pick-up avait accéléré et Jack en fit autant en se plaçant derrière lui. Les cannibales ralentirent un peu; Jack arrivait à fond afin d'obtenir une force d'impact maximale. Le véhicule des fils du métal freina alors très brusquement, tandis que sa benne, ou disons plutôt la plate forme arrière s'inclina d'un seul coup, formant de ce fait un tremplin que la voiture de Jack, lancée à très grande vitesse, ne put éviter: elle fut projeté dans les airs, passa par dessus un pont d'autoroute, et alla s'écraser sur le bitume, un peu plus loin, après avoir effectué plusieurs tonneaux. L'épave s'immobilisa dans un tourbillon de tôles froissées et de poussières...

Quand Jack reprit ses esprits, ce qui le stupéfia était le fait qu'il soit encore vivant après un tel crash. Il était dans son véhicule. Celui-ci était couché sur le côté gauche, totalement défoncé, le capot avant était rabattu sur le pare brise, et il reniait à l’intérieur une demie obscurité.Combien de temps était il resté inconscient? Il sentait le goût du sang à l’intérieur de sa bouche et avait mal partout. Il entreprit de bouger un bras. Sa tentative le fit hurler. Il entendit alors des voix et des bruits au dehors:

"Vous avez entendu ? Je vous avez bien dit qu'il était vivant: c'est un des plus coriace que je n'ai jamais vu".

Jack fut soulagé: il avait reconnu la voix de Cynthia. Il était heureux de savoir qu'elle semblait s'en être sorti. Cette fille était vraiment incroyable. Il voulu tourner la tête vers le siège qu'elle occupait auparavant, mais il n'y arriva pas: il était trop coincé par l'amas de tôle qu'était devenu son véhicule. Ce qui le rassurait, c'était qu'il lui semblait que, d’après ce qu'il entendait, Cynthia connaissait les personnes qui s'affairaient autour de sa voiture. Il ne pouvait donc pas s'agir des cannibales. Ceux-ci avaient du fuir à l'arrivée de secours qui, par chance, étaient connus de cette gamine. Jack était trop fatigué pour déceler l’incohérence de cette idée.

"Je suis vivant, sortez moi de là !" eut il tout juste la force de crier.

Des pinces sectionnèrent les montants et le toit fut enlevé. La lumière entra à flot. Jack, toujours coincé, vit d'abord des pieds. Avec peine, il leva les yeux. Le soleil, au zénith, l'éblouit. Il cligna des yeux et plissa ses paupières: légèrement à contre jour, il reconnu la silhouette de Cynthia qui, les poings sur les hanches, le regardait étrangement, un curieux sourire au coin des lèvres. Elle portait une combinaison blanche et ne semblait pas blessée. A côté d'elle se tenait une Jeune fille d'environs 25 ans, en combinaison verte, qui l'observait attentivement. Jack tressaillit d’effroi et de désespoir:"Des fourmis !"Il aurait préféré les cannibales...

La jeune fille en combinaison verte se tourna vers des gens qu'il ne pouvait pas voir dans sa position: "Dégagez le en douceur".

Comme dans un cauchemar, Jack vit alors trois fourmis en combinaison verte arriver et se pencher sur lui pour le sortir de son piège de métal. Au moment où ils le posèrent sur une civière et commencèrent à l'examiner, il aperçu les cannibales qui l'avait poursuivit qui examinaient la carcasse de son véhicule. Il n'avait pas la force de bouger et se sentait miné par le desespoir.Il ne comprenait plus rien: la situation n'avait plus aucun sens, comment Cynthia, les cannibales et les fourmis pouvaient ils se trouver ensemble ? Et que faisait il lui au milieu de tout ça ?

Une des fourmis qui le soignait se tourna vers la jeune fille en combinaison verte:"il a 4 côtes cassées, quelques os déplacés, le bras droit cassés et entaillés en plusieurs endroits, et des plaies sur tout le corps."

La jeune fille fit une grimace:"Est il réparable ?"

"Oui chef"

Apparemment satisfaite de la réponse, elle se tourna vers Cynthia et lui dit:

"Tu as une nouvelle fois fait du bon travail Karine, c'est le 6ème en moins d'un mois"

"Mmm..." répondit la gamine de son air habituel, de toute façon, ils ont beau être d’excellents guerriers, ils se font tous avoir". Elle fit demi-tour et parti vers 2 VRI fourmis, garés un peu plus loin.

La souffrance physique que ressentait Jack ne fut rien à côté de sa souffrance intérieure. Il venait en un éclair de comprendre que Cynthia, cette gamine déshumanisée et "pilotée" par lesfourmis n'était autre que sa soeur Karine. Il l'avait toujours cru morte, mais il est vrai que les corps qu'il avait retrouvé après l'attaque de sa tribu n'avaient pas été identifiables. Les fourmis n'avaient donc pas assassiné tout le monde: elles avaient enlevé sa soeur et l'avaient transformé en une chose incapable de ressentir la moindre émotion. Il aurait dû comprendre que l’affection qu’il avait ressenti pour elle n’était pas le fait du hasard. Il n'avait pas la force de l'appeler, il la regarda s'éloigner. La rage et la haine bouillonnait en lui.Il ne s'était jamais sentit aussi impuissant et désemparé.

La chef fourmi s'approcha de lui, croisa les bras et lui sourit froidement:"Tu es un sacré combattant, tu t'es débarrassé de 6 de mes meilleurs guerriers, c'est vraiment très exceptionnel, mais ce n'est pas grave d'en perdre 6 comme eux pour en récupérer un comme toi, tu me seras très utile".

"Jamais !" parvint il à dire dans un souffle.

"Ton avis importe peu..."

"Je vous hais !"

"Tant mieux, la haine entraîne la mort et la destruction, et c'est justement ce à quoi je compte t'employer;Ta haine servira mes intérêts et te rendra plus fort, et donc plus efficace. Quand tu auras subi les opérations prévues, tu m'obéiras au doigt et à l'oeil. Nous avons les moyens de détruire les consciences: tu n'es ni le premier ni sûrement le dernier à qui cela arrivera".

Elle releva la tête et son regard se perdit à l'horizon.Jack la vit sourire, comme si son attention avait été absorbée par une vision agréable.Il se rendit compte alors seulement combien elle était belle. Elle continua:

"En ce moment, nous avons besoin d'individus sachant se battre afin de détourner leurs talents à notre compte: cette gamine me sert à attirer tous les barbares combattants de la région, et spécialement les mercenaires: ce sont ceux qui, en général savent le mieux se battre. Nous leur faisons subir un petit test au cours duquel leurs capacités sont évaluées grâce à l'aide active de nos amis (elle montra les cannibales), qui nous sont autant dévoués que tu le seras d'ici très peu de temps..."

"Où avez vous trouvé cette fille, et que lui avez vous fait subir ?"

"Oh elle ? pourquoi ? Qu'est ce que ça peut te foutre ?

"Dites moi où vous l'avez trouvé ?"

" Mmmm...je ne sais plus trop, cela fait un bout de temps qu'elle travaille pour nous, je crois qu'elle a été kidnappée dans sa tribu quand elle était toute petite. On lui a trafiqué son cerveau, comme aux autres, mais on lui a surtout ajouté des protections corporelles qui lui permettent de résister aux coups et aux chocs. Mais ne soit pas jaloux, toi aussi tu seras pourvu de prothèses aux effets hors du commun, que dirais tu d'un lance-acide incorporé à ton bras ?"

"Bande de fumiers, c'était ma soeur !"

La jeune fille le regarda avec stupeur, puis, sa surprise se changea progressivement en un sourire qui glaça le coeur de Jack.Il avait aperçu dans les yeux de cette fille comme une satisfaction perverse qui le terrifia. "Ah oui ? " fit t’elle amusée. Elle fit demi-tour et s'éloigna en éclatant de rire.

Epilogue:

En peu de temps, Jack devint le meilleur combattant barbare dévoué aux fourmis. Il devint célèbre dans toute la région pour son manque total d'humanité vis à vis de ses victimes, sa cruauté et son fanatisme. Contre son gré, il était devenu le membre le plus dangereux de la tribu des Encéphalcifiés, la tribu de barbares trafiqués entièrement sous contrôle fourmis.

 

 Une autre nouvelle: Princesse Antinéa

©Yukito Kishiro/Gunm

 ©Frazer